Historique de la Fraternité de St Nazaire

La frat dans les annees 20

 

 

 

 

 

Les années 20

Frat st naz 1933

 

 

 

 

 

Les années 30

La frat batiment provisoire 1948

 

 

 

 

 

Les années 40

après les bombardements

Facade fratjanvier 2014 allegee

 

 

 

 

 

La reconstruction

Extraits de « ENFANTS DE LUTHER ET DE CALVIN » sous-titré « De l’Édit de Nantes jusqu’à nos jours l’histoire méconnue des protestants à Saint-Nazaire et dans sa région ». Charles NICOL, Éditions de Matignon, 1997, avec l’aimable autorisation de l’auteur.

 

En 1884, une première réunion de la Mission McAll (ou Mission Populaire Évangélique/ MPE) se tient à Saint-Nazaire. En 1888, la somme de 1100 F. est allouée pour la mission d’évangélisation à Saint-Nazaire…

La rencontre entre deux formes de protestantisme à Saint-Nazaire ne se fait pas sans difficulté : en 1886 les réformés refusent de prêter leur lieu de culte aux membres de la Mission… l’approche évangélique de la Mission en direction d’un prolétariat grandissant…diffère sensiblement de leurs habitudes cultuelles…
Ainsi le projet d’une extension de la MPE à Trignac n’est-il pas vraiment porté par les protestants nazairiens et échoue…

 

Dès 1922 le baraquement démontable « la Semeuse » s’installe rue Jeanne d’Arc…
 

En 1931, la MPE acquiert les locaux et le temple de Saint Nazaire…
 

Entre 1942 et 1945 cinquante bombardements font du vieux Saint-Nazaire un souvenir de carte postale…Le temple et la Fraternité (actuelle Rue Albert de Mun) ne sont plus que des cendres…
 

En 1947, la Mission populaire Evangélique reçoit du Conseil Œcuménique le don d’un baraquement constitué d’une salle et d’un logement. Au milieu des gravats la « Frat' » s’installe provisoirement rue des Caboteurs…
 

En 1955, la Fraternité Protestante est inaugurée rue de l’Île de France. Les crédits et les dommages de guerre…sont réunis sur un bâtiment unique, comprenant deux logements, une salle de spectacle, des bureaux et salles de réunions. La générosité des protestants de Los Angeles aux USA et celle des Suisses permettent de bâtir un aussi grand immeuble…Les pasteurs Crapoulet, Hedrich et Velten ont réussi à reconstituer l’esprit de la Frat' d’avant-guerre : clubs d’ados, études bibliques, ciné-club, Croix-bleue, aide aux économiquement faibles…
 

Saint-Nazaire, ville industrielle confrontée aux grèves, influence les orientations de la Frat'. Les évangélistes tels que Roland Andrieu sont avant tout des « Pasteurs-travailleurs »engagés en entreprise et dans les luttes. Georges Velten ne cache pas sa sympathie pour les militants communistes et un de ses articles est repris par le journal l’Humanité. Ceci lui vaudra une interdiction d’entrée sur le territoire américain en 1952 !..
 

Le refus de l’attitude missionnaire de type évangélique, l’acceptation du monde et la contestation de son ordre introduisent des nouvelles pratiques…Il n’y a plus de différence entre croyants et non-croyants…Le soutien aux longues grèves des Chantiers navals ne font pas toujours l’unanimité et des tensions naissent au sein de la Mission populaire Evangélique locale et nationale…
 

Les années 1960 voient l’officialisation des équipiers qui prennent le pas sur les évangélistes. En 1970 une crise oppose la direction nationale aux équipiers des différentes Frat' de France. Le président Louis Simon les interpelle avec véhémence et la réponse l’est tout autant. Le texte, intitulé le « Papier bleu » propose franchement l’abandon des activités religieuses : nous n’avons pas de moment religieux, nous voulons vivre un culte éclaté et le centre de ce culte éclaté c’est le partage des espoirs et des déceptions des hommes…

Ajouter un commentaire